Le Mouvement « Méritocratie Malienne » fait campagne pour remplacer la démocratie par la méritocratie. La démocratie est devenue le principal obstacle à la promotion du mérite au Mali. De nos jours, si vous êtes nés dans une famille pauvre, vous pouvez être certain statistiquement de rester pauvre tout le reste de votre vie, indépendamment de vos mérites. De même, si vos parents sont riches, vous pouvez commencer à regarder l’avenir avec assurance et certitude, encore une fois, indépendamment de vos mérites.

La méritocratie voit les êtres humains comme des individus, et non comme une ressource. Elle s’efforce d’offrir un maximum de liberté aux citoyens du Mali. Notre objectif est d’avoir des citoyens en bonne santé, bien instruits et psychologiquement sains d’esprit. Un gouvernement méritocratique ne se soucie pas de la couleur de peau, du sexe, de la religion, de la nationalité, du statut, du nom de votre famille ou de vos connexions. Seuls vos talents comptent. La méritocratie attribue les postes de haut niveau seulement aux travailleurs les plus habiles, les plus talentueux, les plus doués tels qu’ils sont reconnus par leurs collègues. L’argent ou le statut ne peut pas acheter les responsabilités.

L’Etat méritocratique soutient toute personne en quête de son véritable talent, qui profitera en tout premier lieu à elle-même, et ensuite à la société. Un bon gouvernement donne à ses citoyens tout ce dont ils ont besoin pour établir les bases d’une vie épanouissante. Le but de l’Etat est de produire des citoyens intègres : libres, indépendants, autonomes, auto- créatifs et méritants. Des citoyens dont les capacités ont été maximisées afin de construire librement leur identité en fonction de leur nature, leur caractère et leur personnalité autour des valeurs de la République.

La méritocratie œuvrera pour mettre en place un service public fort et efficace pour le bien-être de tous les citoyens du Mali. Un service public digne de ce nom pour insuffler une nouvelle culture civique et citoyenne qui permettra à tous les acteurs sociaux, politiques, et économiques de s’engager et se mobiliser pour le bonheur commun.  L’égalité, la justice et la solidarité sont les mots d’ordre de la méritocratie malienne. L’ économie solidaire est nécessaire pour donner une réalité à l’égalité des chances. Et l’économie ne sera pas régulée par les seules logiques du marché.

La méritocratie veut un Mali qui rayonne par ses valeurs et grâce aux mérites de ses citoyens. Et la méritocratie se reconnait dans les valeurs de la République : Un Peuple, Un But, Une Foi.

Chapitre I : CREATION ET OBJECTIFS

Titre I : Création

Article 1 : Il est créé, conformément aux dispositions légales et réglementaires, un Mouvement dénommé « Méritocratie Malienne »

Article 2 : La devise du mouvement est : l’égalité des chances pour tous – l’égalité devant la loi et l’égalité des droits -, mais pas l’égalité des résultats – qui ne peut être fondé que sur le talent, la créativité et l’amour du travail -.

Son emblème est la lettre M encerclée. Son siège est à Bamako. Il peut être transféré en tout autre lieu sur le territoire national en cas de nécessité (en cours)

Titre II : Objectifs

Article 3 : Mettre en place les 5 principes méritocratiques.

1. Pas de népotisme : le plus important n’est pas qui sont vos parents, mais plutôt qui vous êtes en âme et conscience et capacité.

2. Pas de copinage : ce n’est pas seulement ce que les autres peuvent faire pour vous, mais aussi ce que vous pouvez faire pour les autres.

3. Pas de discrimination : le sexe, l’ethnie, l’âge et la religion ne rentrent ni dans les considérations ni dans les critères. Ils ne seront pas mis en avant. Seul le talent compte chez les méritocrates.

4. L’égalité des chances : vous commencez la course de la vie en même temps que tout le monde. Et vous irez aussi loin que vos talents vous le permettront.

5. Récompenser le mérite : les plus hautes récompenses pour les plus performants.

Le mouvement « Méritocratie Malienne » entend œuvrer pour que la réussite des enfants ne dépendent pas de la richesse des parents. Il s’engage pour éradiquer le népotisme, le clientélisme et les deux pilotes de privilège. Il va créer les conditions favorables afin de permettre à la société de générer suffisamment de richesse pour assurer un développement durable, écologique et équilibré à tous ses citoyens.

Article 4 : L’avènement de la méritocratie sera accompagné par la suppression automatique de cette forme de démocratie injuste et inégalitaire qui règne actuellement. Les partis politiques ne sont pas pertinents dans un système méritocratique. Le parlement sera entièrement peuplé par des députés indépendants méritocratiques sans affiliation politique autre que leur engagement envers la méritocratie.

Article 5 : Le gouvernement s’organisera par domaine de compétence (ministère). Chaque ministre sera élu par le suffrage universel qualifié sur la base de leur mérite relatif à leur domaine d’expertise. Ainsi Le ministre de l’économie sera choisi parmi les économistes. Les électeurs seront seulement ceux qui auront des connaissances en économie. Le ministre de la santé sera quelqu’un qui travaille dans le domaine de la santé. Les électeurs seront seulement ceux qui auront des connaissances dans le domaine de la santé (c’est le suffrage universel qualifié). En d’autres termes, les ministres ne représentent pas un parti politique mais un domaine particulier dans lequel ils ont une expérience démontrable, l’expertise et le mérite. Leurs électeurs seront des gens dans le même domaine que les ministres et qui peuvent prendre une décision éclairée. L’élection des ministres aura lieu tous les 4 ans.

Article 6 : Le président sera élu par les ministres au sein d’eux. Tous les 4 ans il y’aura une élection générale dans laquelle chaque ministre doit obtenir l’approbation de leurs électeurs, ou seront remplacés.

Article 7 : Les critiques de la politique du gouvernement seront fournis par certains comités de députés. Les comités spéciaux comprenant des scientifiques et des philosophes peuvent être également utilisés, choisis en raison de leurs capacités de penser, de critiquer, et leur expertise dans les hypothèses difficiles. Les comités d’artistes, de griots, les sages, les entrepreneurs et les concepteurs peuvent être aussi appelés.

Article 8 : le pouvoir sera décentralisé. Le pouvoir sera au plu près du peuple. Chaque région fixera ses objectifs, gérera son budget et déterminera la politique de la région en phase avec la vision méritocratique.

Article 9 : Mis en place de l’impôt sur les successeurs à 100 %. Personne ne devrait être en mesure de transférer sa richesse à une autre personne de son choix. Jusqu’à 500 millions de Fcfa l’héritage peut être transféré aux enfants. L’Etat devrait acquérir le surplus des actifs du défunt et doit le réinvestir pour faire améliorer le service public, en particulier à travers l’éducation.

Article 10 : L’éducation est le fondement du mérite, et on devrait lui accorder la plus grande importance dans un état méritocratique. Le système éducatif actuel est manifestement un échec à tous les égards. La véritable éducation libère l’esprit. Elle sera gratuite pour tous.

Chapitre II : Conditions d’adhésion

Titre III : Conditions d’adhésion

Article 11 : L’adhésion au mouvement « Méritocratie Malienne » est ouverte à tout citoyen malien ou tout africain résidant au Mali qui accepte ses statuts et son règlement intérieur, sa charte, son projet de société et son programme.

Chapitre III : Droits, devoirs et recommandations

Article 12 : Tout membre du mouvement a le droit :

– de contribuer à l’élaboration de la politique du mouvement

– de participer aux activités du mouvement

– d’exprimer librement son opinion dans les structures du mouvement

– d’exercer tous ses droits de citoyen au sein du mouvement

– d’exercer un droit de vote sur les décisions à prendre par le mouvement

– de bénéficier du droit à la formation

Article 13 : Tout membre du mouvement a l’obligation :

– de participer régulièrement aux activités du mouvement

– de respecter les autres membres du mouvement

– de participer régulièrement aux réunions et autres activités du mouvement

– de contribuer à l’élaboration des directives du mouvement et à son application

– de connaître parfaitement le programme du mouvement

– de respecter le droit à la différence, notamment ethnique, religieuse et philosophique

– de cultiver l’esprit de fraternité, de justice et de solidarité au sein du mouvement.

Article 14 : Il est recommandé à tout membre du parti :

– d’avoir l’esprit critique et d’améliorer constamment ses connaissances générales

– de respecter et de faire respecter toutes les règles publiques

– d’incarner le changement qu’il veut voir dans ce monde

– de participer aux organisations à caractère économique, social et culturel (associations, ONG, coopératives, mutuelles, syndicats…)

– de s’impliquer dans le développement de sa famille, son quartier, sa commune, son village, son cercle, sa région et son pays.

Chapitre V : Des moyens d’expression du mouvement et des finances

Titre VI : Des moyens d’expression du mouvement

Article 54 : Pour échanger avec la population, le mouvement entreprend les moyens de communication suivant :

– l’internet à travers son site web : meritemali.org

 – l’édition des revues, journaux, brochures, affiches, dépliants et autres

– la radio et la télévision

– les conférences, séminaires, débats publics etc.

Le tout sous la direction du Bureau Exécutif National.

Titre VII : Des Finances

Article 55 : Les ressources du mouvement proviennent :

– des cotisations de ses membres

– des contributions volontaires de ses membres

– des dons et legs

– des aides financières de l’état

– des revenus liés aux activités du mouvement conformément aux dispositions législatives et réglementaires du pays.

Chapitre VI : De la discipline et des sanctions

Titre VIII : De la discipline

Article 56 : Le respect de la discipline au sein du mouvement est un devoir pour tous. Nous devons montrer l’exemple pour servir d’exemple. Tout militant, tout responsable, reconnu coupable de violation des textes du mouvement, s’expose à des sanctions.

Titre IX : Des sanctions

Article 57 : Les sanctions prévues par le mouvement sont :

A l’égard du militant : avertissement, blâme, destitution de fonction, la suspension et/ou exclusion.

A l’égard d’un organe dirigeant : avertissement, blâme, dissolution.

@Méritocratie Malienne : Vivre ensemble ou Mourir ensemble 

11069650_1610009299212980_2559372712486370935_n
11081399_1599304136950163_6440569434297132956_n