Nous ne sommes pas dans l’antiquité, ni au moyen âge, ni encore dans les années 1900 d’où la barbarie et la bêtise humaine étaient à la mode, mais nous sommes au Mali, plus précisément à Bamako, une ville qui devrait être marqué par la tolérance, la paix, la stabilité, la liberté de circuler, mais hélas, aujourd’hui nous assistons à une recrudescence de viol collectif, un phénomène qui menace la libre circulation de nos filles.

Devons nous continuer à garder le silence ?

Selon Docteur Thèra le viol à des conséquences désastreuse sur la vie de la victime. Le viol sexuel ne se limite pas qu’au physique. C’est aussi le viol de l’âme de la victime, et une forme de viol physiologique vis à vis de celle-ci. Car, en posant ce genre d’horreur afin d’assouvir votre plaisir « bestial  » de quelques secondes, qui est animé par vos fantasmes diaboliques, sachez que vous emprisonnez à vie, votre victime dans un traumatisme intérieur, et psychologique dont nul ne pourra effacer ses blessures…

On n’oublie jamais les moments de calvaires et de souffrances dans la vie. L’article 1 de la constitution malienne stipule que la personne humaine est sacrée et inviolable.

La déclaration universelle des droits de l’homme dans son article premier nous éclaircit également que Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Ses mécanismes et instruments juridiques de protection, ne sont-ils pas également violés?

Il est temps que les autorités prennent à bras le corps les mesures préventives contre ces actes ignobles et que l’on arrête de se taire sur des sujets aussi délicats et qu’enfin on ouvre les yeux sur les exactions faites sur les filles dans nos sociétés africaines.

Je lance un appel à nos autorités de renforcer la protection des personnes vulnérables plus précisément les filles, et de punir sévèrement toute personne qui est reconnue comme coupable de viol.

Enfin, nous devons changer de mentalité, nous devons changer notre regard envers la femme, cette belle créature divine, elle mérite plus d’être victime des violences sexuelles.

Abdoulaye Traoré.

Journaliste.