Hommage aux Soldats tombés sur le champs de l’honneur depuis la nuit des temps.
Une pensée particulière à tous les militaires Maliens qui meurent tous les jours.

C’est choquant, je me sens presque paralysé suite aux affreux bilans des morts et blessés de ces jeunes militaires maliens depuis toujours et particulièrement les attaques récentes  » Boni, Soumpi, banamba, Yiouarou, Menaka… » .

Je pleure la mort de mes frères, je compatis à la douleur des familles des disparus et à la douleur de tous ces blessés qui pour la plus part succomberont malheureusement et je ne le souhaite point.

Je pleure et je crie car au fond de moi, je sais que c’est la politique politicienne qui envoie mes frères à la boucherie. Mais pour quel objectif ?

Je suis choqué et j’appelle le peuple à plus de mobilisation, à être déterminé et à s’unir pour relever ces défis sécuritaires.

Maintenant c’est plus que visible que les élections futures seront intenable. Elles ne peuvent en aucun cas être tenues.

Que faut il faire ?

J’appelle le gouvernement du Mali à rassembler tout le peuple Malien (Partis politiques, associations, société civile…) Au dialogue pour dégager les meilleures solutions de sortie de crise.

Nous ne pouvons pas rester indifférent aux autres ces drames.
Nous ne pouvons et nous n’allons pas nous taire face aux meurtres silencieux dont nous sommes victimes.

Je termine cet article avec un POEME A LA MEMOIRE DES MILITAIRES DECEDES EN OPEX (Même si opex n’est pas le Mali, un militaire reste un militaire car ils sont tous victimes de l’absurdité des politiques ) M. Paul Athanase a voulu témoigner toute son émotion à l’armée de Terre en lui faisant parvenir un poème dédié à tous les soldats décédés dans l’exercice de leur métier, à leurs familles et à leurs proches.

MEMOIRE ET ESPERANCE

Quand on voit, chaque jour, une simple photo,
Barrée de crêpe noir, près d’un petit drapeau,
Rappeler qu’un enfant, un frère ou un mari
Est tombé, dans l’honneur, bien loin de sa patrie,
Des larmes de douleur jaillissent chaque fois,
Puis reviennent les doutes, et la question : Pourquoi?

C’est le temps du chagrin, le temps des souvenirs.
On entendra sa voix. On verra son sourire.
C’est un temps de regret, mais aussi de fierté
Au nom de son courage et de sa loyauté.
Il savait, en partant, quel serait son devoir.
Il avait fait serment de ne pas décevoir.

Parce qu’il avait foi en la paix, la justice,
Parce qu’il était prêt au dernier sacrifice,
Il a rejoint, trop tôt, la Phalange de ceux
Qui ont versé leur sang, combattants valeureux,
Poilus et Résistants, héros de notre histoire,
Au courage exemplaire, ancré dans nos mémoires.

Alors, dans notre cœur, surmontant le chagrin,
Naîtra le grand espoir qu’il n’est pas mort en vain,
Que, grâce à lui aussi, des enfants, désormais,
Naîtront et grandiront, épris de liberté,
Car si, en s’engageant, il songeait à servir,
Autant que de bravoure, il parlait d’avenir.

Et demain, sur sa tombe, en déposant des fleurs,
Nous sentirons en nous un pincement au cœur,
En songeant aux parents et amis rassemblés
Venus lui témoigner amour et amitié,
En repensant aussi aux honneurs nationaux
Rendus à son cercueil recouvert du drapeau

Et, tous ses frères d’armes, respectant son courage,
Garderont sa mémoire et lui rendront hommage.
Rejoignant les héros honorés sur des stèles,
Il participe aussi à leur gloire immortelle,
Lui qui a combattu pour l’honneur de la France,
Lui qui, par son regard, nous parle d’espérance

 

MAMEDY DIARRA
Président de la Méritocratie Malienne.