Bienvenue à toutes et à tous !

Merci d’avoir répondu à notre invitation et d’être présents cet après-midi avec la Méritocratie Malienne. Nous en sommes très honorés. Merci également à tous ceux qui nous ont soutenus financièrement, matériellement, moralement et symboliquement.

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

avant de commencer, je vous prie de vous joindre à moi à travers une minute d’applaudissements pour rendre hommage à notre vaillante armée et particulièrement à la mémoire de nos soldats sauvagement tués à Aguelhoc il y’a 4 ans. Que justice soit faite !

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

j’entends déjà « NE MA FO KO MERITOCRATIE MOKO NOUNOU YE POLITICIEN DEYE » Sommes-nous des politiciens, est-ce la Méritocratie Malienne un parti politique ? Avant d’y répondre, voici ce que Frantz Fanon disait à propos du Mali, « à Bamako, des hommes et femmes frappent l’Afrique, la forgent avec amour et enthousiasme. » Le Mali, c’est l’Afrique en un pays. Nos grands empires et le 1er mouvement politique panafricain : le Rassemblement Démocratique Africain -RDA- créé à Bamako en sont des preuves.

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

en effet, nous prônons la Méritocratie au Mali pour promouvoir les individus dans la société en fonction de leur mérite. Et l’égalité des chances est au cœur de notre combat. Il est temps de ne plus se limiter aux constats mais d’agir sur les constats. Ainsi, la réflexion, l’initiative et l’ouverture seront au cœur de nos projets cette année. Partir à la rencontre de la jeunesse malienne de Kayes à Kidal avec mention spéciale pour la jeunesse de Gao. Oui ! Inspirons nous de cette jeunesse de Gao, de son courage, de son sacrifice et de son sens élevé du devoir et du patriotisme.

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

au-delà du centenaire de Modibo Keita dont nous saluons la portée historique et politique, il faut fêter chaque jour nos femmes et hommes qui se sont illustrés de par leur mérite. Donc, en toute modestie et humilité, remettons nous en question, surtout nous Jeunes qui n’avons fait ni la lutte anti-coloniale, ni mars 1991.

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

si faire de la politique, c’est encore créer un autre parti politique ;

si faire de la politique, c’est se taire devant la tarification injuste, injustifiée et injustifiable des sociétés de téléphonie Orange et Malitel ;

si faire de la politique, c’est de ne pas dire que l’ORTM nous fait plus honte au lieu d’être la fierté nationale ;

si faire de la politique, c’est refuser de voir qu’avec l’EDM et la SOMAGEP, nous jetons notre argent par la fenêtre en payant ce que nous ne consommons pas ;

si faire de la politique c’est de ne pas considérer le Franc CFA comme un instrument de domination politique et économique de la France sur nos États,

si faire de la politique c’est de ne pas dénoncer la politique « françafricaine » et impérialiste de la France, l’inefficacité de la MINUSMA, sans oublier le traitement injuste de ces forces internationales envers nos policiers, nos gendarmes, nos FAMAS. Et que dire de nos Concitoyens qui vivent dans la terreur. Nous avons failli les abandonner. Ne les abandonnons pas !

Dans ce cas, nous ne sommes pas des politiciens. Et la Méritocratie Malienne n’est pas un parti politique.

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

en cela, permettez-moi de saluer ceux qui ont eu l’idée de la Méritocratie Malienne, qui ont porté le Mouvement jusqu’ici et qui continuent à le faire. Des Méritocrates comme Mamadou Diawara dit Mao -fondateur et ancien président-, Abdias dit Karamoko Coulibaly, Mody Koné, Abdoul K Touré, Oumou Sofia Barry, Ibrahima Tall parmi tant d’autres Méritocrates dans nos régions, à Bamako, en Afrique, en Europe ou encore aux États-Unis.

Mesdames, Messieurs, chers Méritocrates,

La Méritocratie Malienne, à défaut d’être le « mouvement des mouvements », répondra toujours à l’appel pour soutenir et accompagner des actions et activités civiques et citoyennes. Nous l’avons fait avec les associations comme Mali Té Tila qu’il faut saluer, l’association Bê Koungo à saluer également, le MNP (Mouvement National des Patriotes) dont le combat contre les sociétés de téléphonie est à encourager, le Balai Sanitaire à soutenir et à accompagner pour le bien-être de nos Concitoyens.

A la Méritocratie Malienne, nous disons NON !

NON au paternalisme politicien ! NON au grand-férisme démagogique ! Nous œuvrons pour être des modèles pour nos petits-frères et petites-sœurs, leur montrer qu’on peut s’engager et réussir autrement tout en défendant la mère patrie, le Mali.

Fiers de notre histoire. Gardons-nous de nous mirer narcissiquement dans cette glace historique désormais immuable. Bannissons toute idée d’en faire une échappatoire ou une excuse pour fuir nos devoirs et responsabilités. Aujourd’hui, il est temps d’écrire la nôtre. Notre histoire.

Vive le Mali ! Vive la Méritocratie Malienne ! 

Je vous remercie.