Dans un récent sondage, l’on constate que la police est l’une des institutions maliennes les « plus corrompues. » Un sondage reste un sondage et comme l’a expliqué le sociologue français Pierre Bourdieu « l’opinion publique n’existe pas. » Autrement dit, la réponse à une question de sondage dépend de certaines logiques que le sondé peut ne pas maîtriser.

Toutefois, les Maliens, en majorité, ont donc une perception, un avis ou encore un jugement négatif sur la police nationale. Et les causes sont entre autres par rapport à leur rôle, leur mission, l’exécution de leur tâche et leur interaction avec la population.

Nul besoin de rappeler le rôle crucial de la police dans nos sociétés modernes. Leur mission de protéger les Citoyens et de sécuriser leurs biens sont d’une importance capitale. Et le Citoyen est bien dans son rôle en demandant la bonne exécution de cette mission. Sauf que là encore, nous parlons d’un pays de droit et de justice où les institutions sont fortes où encore le service public performant et au service du Citoyen. En revanche, nous parlons du Mali, de sa police, de sa population et de leur interaction.

Par ailleurs, au-delà de tout jugement superficiel et de prise de position partisane, l’analyse de la fonction policière au Mali soulève certaines problématiques comme le recrutement et la formation mais aussi l’exercice du métier et les conditions de travail, le suivi après-formation et la valorisation de la fonction, et pour finir les conditions de vie et tout ce qui concerne l’existentiel même des agents de police.

Et le constat est triste et amer. Toutefois, il est aisé de dire que cela n’est pas le sort que de la seule police malienne. L’éducation, la santé, la défense entre autres n’ont pas échappé au même triste sort. Qu’à cela ne tienne ! Intéressons-nous y un peu. Nos agents de police sont en majorité très mal équipés pour remplir les fonctions régaliennes qui leur sont confiées. Il n’est pas rare de voir des commissariats de police au Mali dotés d’un seul véhicule d’intervention et Dieu seul sait dans quel état. Aussi il est fréquent de voir qu’une unité d’intervention ou de patrouille policière ne soit dotée que d’une seule arme opérationnelle, les autres n’étant que des P.A lugubres.

S’agissant des munitions, le nombre minimum alloué et la parcimonie demandée dans leur utilisation ne permet pas d’obtenir l’efficacité dans la lutte contre l’insécurité, le banditisme et le crime.

Qui est ce Malien qui ne s’est pas plaint du fait que les policiers patrouillent uniquement sur les grands axes et non pas dans les nids de vipères où se cachent les malfaiteurs ? Cependant, sont-ils nombreux ceux qui ont un jour cherché à connaître la dotation en carburant, l’équipement et le matériel à la disposition des commissariats pour leurs opérations et patrouilles ? Est-il convenable ou sérieux qu’un Commissaire dit à ses hommes et femmes de se débrouiller avec le peu de carburant en attendant la dotation mensuelle ?

Il est vrai qu’on rentre dans la police par conviction, protéger la population, sécuriser les biens et servir son pays. Tout aussi vrai que tout que tous les agents de police ne sont pas des « ripoux. » Pourtant, les conditions de vie et de travail des agents de police doivent être améliorées pour que la corruption cesse d’être une tentation. Sont-ils les seuls blâmables ?

La police est quelque part à l’image du pays mais les agents, jours et nuits, bradent des calamités et dangers de tout genre afin de permettre aux citoyens de dormir dans la quiétude. Une amélioration de leurs conditions de vie et de travail nous permettra de mieux les juger et à travers les actes qu’ils auront à poser.

Loin de nous l’idée d’expliquer ou de justifier la corruption par les bas salaires mais de mettre en lumière la corrélation entre conditions de vie et de travail améliorées d’une part et performance et résultats dans le service d’autre part.

Et ils sont nombreux ces Maliens qui ont toujours interpellé nos autorités pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents de la police.

Autant nous nous engageons pour l’amélioration des conditions matérielles de la police, autant nous revendiquons la moralité et la conscience civique et patriotique au sein de la police malienne.

Méritocratie Malienne.